BROWN OUT, pire que le burn-out ?

Le brown out de Jonathan, témoignage :

j’avais des crises de larmes, des insomnies, des vertiges. L’appétit n’était plus là et je perdais du poids. Mais j’ai insisté jusqu’au jour où je me suis effondré, un matin en attendant le métro. Une fois dans le samu, j’ai compris la gravité…..Après 3 mois d’hospitalisation, j’ai repris le travail, jusqu’à une rechute vertigineuse. Hospitalisation, cure pendant de nombreux mois. Puis j’ai ouvert les yeux. J’ai décidé de me réaliser et de m’épanouir dans mon travail. Alors, je me suis éloigné de cet environnement néfaste, toxique qui allait m’avoir à l’usure.

On entend parler de dépression, du Burn-in, du Burn-out mais connaissez-vous la nouvelle souffrance de certains salariés ?

Surtout êtes-vous sujet à celle-ci ? Celle qui freine la réalisation de soi au travail ?

 

Quelle est donc cette nouvelle souffrance en entreprise ?

 

Mal être en entreprise : le brown out

​​LIRE 
LA
SUITE

​Vous voulez lire la suite de cet article ​ ?

​Entrez​ votre email et votre prénom ci-dessous

​​et reçevez gratuitement en BONUS : ​mon guide offert

"​Bien s'orienter" pour réussir sa reconversion professionnelle en pdf.

envelope
envelope

​Je hais les SPAM. Votre adresse email ne sera jamais divulguée ni vendue. En vous inscrivant vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à ​réussir votre reconversion professionnelle. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

(Merci d’avoir entré votre adresse email, je vous envoie de suite mon guide pour vous aider à réussir votre reconversion professionnelle. Pensez à vérifier vos spams, courriers indésirables…)

Brown out définition :

 

c’est la perception d’un travail dénué de sens. La lassitude en découle. C’est une chute brutale, une démission intérieure dès lors qu’il n’y a plus de sens. Il touche tout le monde et toutes les professions….pas besoin d’être trader.

Mr Spicer et Mr Alvesson ont poussé la réflexion pour mettre un nom sur ce mal-être. Ce sont ces deux chercheurs suédois qui ont donné un nom à cette sensation d’inutilité : le Brown-out.

54% des Français se disent démotivés, se sentent désengagés et inutile au travail 

 

Brown-out, comprendre le mal-être

Le manque de réalisation de soi peut amener à la dépression.

Sur votre lieu de travail, vous vous demandez parfois ce que vous faites là ?

Est-ce le brown-out ? En tout cas des symptômes apparaissent.

Les symptômes sont les mêmes que pour le burn-out et le bore-out mais la cause est différente. Là on parle de désillusion.

Citation du docteur BRAUMAN :

« Le brown-out chapeaute les deux autres pathologies, c’est plus philosophique. Les conséquences de cette déclinaison plus récente de la souffrance au travail sont parfois plus graves, car c’est une remise en cause complète de la personne. »

Le psychologue Cagniart-Leroi recommande d’agir dès les premiers signes :

  • troubles du sommeil
  • douleur de dos
  • augmentation du poids
  • maux d’intestins
  • lassitude et manque de tonus
  • modification du caractère
  • une sensation de vide
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'entretien d'embauche : conseils de recruteur

Lorsque vous êtes dans cette souffrance, un changement doit être pensé sous peine de s’embourber encore plus. Vous devez tout poser à plat, faire une auto-analyse….bref, mener une profonde réflexion. Peut-être qu’écrire votre histoire vous simplifiera la tâche. Aidez-vous de cet article : En avant pour un retour vers le passé

Trouver une utilité dans son travail est primordial, pour un épanouissement et pour un bon équilibre. Cependant, l’invasion des bullshits jobs fait son apparition.

Bullshits jobs (traduction boulot à la con) : travail dans lequel il est difficile de trouver une quelconque utilité. C’est le moment de faire un point mais par où commencer ?

ATTENTION : le brown out n’est pas un petit coup de mou. C’est une pathologie chronique qui s’installe et qui va se déclarer subitement par une absence totale de réaction. Vous avez peut-être certains signes, symptômes, je vous recommande d’en parler à votre médecin traitant.

Je vous invite également à lire cet article qui parle de dépression saisonnière. La naturopathe propose une solution intéressante : DEPRESSION SAISONNIERE

Dresser la liste de problèmes et contrer le mal-être

Vous avez peut-être eu recours à un arrêt maladie, à des anti-dépresseurs, à une thérapie tout cela recommandé par votre médecin traitant. Moi je vous invite également à vous interroger sur vos désirs, vos envies, votre travail….

C’est le moment de prendre un stylo et un papier, non pas pour une dictée mais pour comprendre pourquoi vous n’êtes pas au top de votre forme. Faites votre liste de problèmes.

Les bonnes questions à se poser :

  • Quel sens donnez-vous à votre activité professionnelle ?
  • Est-ce que vos valeurs sont compatibles avec cet emploi ?
  • Qu’est-ce qui vous motive à aller au travail ?
  • Pourquoi vous sentez-vous en décalage ?
  • Quelle est votre contribution dans l’entreprise ?
  • …….

CONSEILS : Faites le point sur toutes vos actions, toutes vos tâches et argumentez chaque réponse par écrit.

 

Proposer une solution avant la reconversion professionnelle ou le changement d’entreprise : stop brown out

 

Solution brown-out la reconversion professionnelle

 

La psychothérapeute Mme Ruffet indique que très souventl’origine du Brown-out est un événement qui affecte l’organisation de l’entreprise. (exemple : le sous effectif)

Une autre origine est la quantité de travail à réaliser. Les listes de tâches s’allongent et la finalité de celles-ci n’est plus visible. Elle est noyée dans toutes les actions à mener et le sentiment d’inutilité trouve sa place. Peut-être que vous ne trouvez aucune valorisation dans vos tâches. Cependant posez-vous la question : participent-elles à quelque chose de plus grand ?

Tentez de trouver des solutions à votre liste de problèmes pour vous réaliser au travail.

Il vous faudra peut-être passer par la case… rendez-vous avec mon supérieur. Dans tous les cas soyez précis et ayez de quoi argumenter votre réflexion. Apportez des faits qui indiquent que vous ne pouvez plus accomplir le travail et proposez les solutions, des améliorations pour vous et pour l’entreprise.

IMPORTANT : n’allez pas frapper à la porte du responsable sans avoir de la matière et des solutions.

Evitez le : bonjour Mme la directrice, je suis en brown out ! Vous risquez de repartir encore plus embourbé.

Rien ne bouge ? Vous avez cherché dans les moindres recoins, fait des concessions, proposé des solutions, cet emploi ne vous permet pas de vous réaliser pleinement. Vous pouvez opter pour la reconversion professionnelle.

Mais avant de franchir le pas : pensez aux avantages que vous avez actuellement (salaire, temps)….Si la souffrance est trop grande, il vous faudra soit changer d’entreprise, soit changer de métier.

A vous de voir selon les problématiques listées.

 Le site de pôle emploi : ici

Le bilan : brown-out ou projet professionnel

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'alternance offre une super occasion

Parfois vos supérieurs ne souhaitent pas entendre. Vous vous rendez compte que les valeurs de l’entreprise sont trop éloignées des vôtres. Certains employés vivent également le brown-out mais restent muets…

Pour votre santé physique et mentale, rien ne doit être pris à la légère. Ne claquez pas la porte dès demain mais préparez votre projet professionnel pour vous réaliser sur votre lieu de travail.

 

Nouveau départ et élaboration de projet professionnel

 

Après mûres réflexions et pour mettre fin au brown-out, vous avez conclu que le changement d’entreprise n’est pas la solution.

Pensez reconversion professionnelle.

Découvrez ma catégorie et tous mes articles pour réussir votre orientation, reconversion professionnelle : https://mon-orientation-mon-metier.com/category/elaboration-du-projet-professionnel/

Il vous faudra une méthode étape par étape pour réussir et réaliser toutes les phases. Vous devrez faire un point sur les compétences, les activités, vos envies…. Vous allez apprendre à vous connaître pour un objectif : l’épanouissement, la réalisation de soi dans un métier choisi. 

Travailler en étant proche de ses valeurs, de ses besoins, de sa vie de rêve (emploi) est possible….bref STOP au BROWN-OUT

Donnez-vous les moyens de réussir et adoptez un mental de gagnant.

 

un mental de gagnant, de winner

 

Un dernier mot de Jonathan, vous savez le témoignage du début de l’article :

« L’épisode du brown out m’a beaucoup marqué mais, aujourd’hui, je pense qu’il m’a servi à définir ce que je veux vraiment faire de ma vie. La santé au travail n’est pas qu’une question de nombre d’heures, mais bien de coût émotionnel provoqué par une dissonance entre son système de valeurs et celui du milieu dans lequel on évolue. »

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “La réalisation de soi au travail”, organisé par le blog Technique Emploi.

J’espère qu’il apportera des réponses, éveillera votre curiosité.

N’oubliez pas de me laisser un commentaire juste en dessous. Je vous dis à très vite sur mon orientation mon métier pour une nouvelle publication.

Ensemble pour élaborer votre projet professionnel.

Photo by Aarón Blanco Tejedor, Neil Thomas on Unsplash

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

4 pensées sur “BROWN OUT, pire que le burn-out ?

  • 6 février 2019 à 22 h 48 min
    Permalink

    “Bullshits jobs”, c’est quand même vachement subjectif.
    Avec les boulots à la chaine qui étaient beaucoup + présent dans le passé, supprimé en partie par l’automatisation, on pourrait croire que ce genre de mal-être aurait du diminuer.
    Donc soit il était déjà présent, soit les gens d’avant étaient moins sensibles à ça, parceque d’autres + gros soucis peut-être? Je sais pas.

    Je pense que c’est un sujet très philo/psycho. Deux personnes faisant le même travail vont réagir très différemment en fonction de qui ils sont et du contexte.

    Genre si Julien fait le même travail que Jonathan mais qu’à côté il a sa passion et il va simplement au travail en tant que moyen financier pour alimenter sa passion, il réagira différement.
    Dans un cas moins drôle ou Julien doit nourir sa famille et est short a toutes les fins de mois, ne pas s’enjailler au travail sera un petit soucis à coté.

    J’peux pas trop comparer avec mon cas parceque j’ai eu de la chance d’avoir mes parents derrière et j’ai toujours pu choisir ce que je voulais faire, mais j’ai l’impression que c’est très relatif aux autres problèmes. Ce que je veux dire c’est que quelqu’un qui n’a pas de problèmes se plaindra facilement de son travail, comparé a une autre personne qui fera la même avec des choses “+ graves” à coté, ou alors quelqu’un qui voit le travail comme un simple moyen.

    Après c’est sur que si tu trouves un métier ou tu t’éclates, alors la c’est le top, dans tous les cas ça améliore toujours la situation. Mais s’épanouir et se sentir utile c’est aussi très subjectif :D. S’en convaincre ça reste le meilleur truc à faire ^^

    Répondre
    • 8 février 2019 à 9 h 18 min
      Permalink

      Bonjour Lilian, effectivement c’est subjectif et d’autres paramètres sont à prendre en considérations (crédit, avantages, qualité de vie….). Comme je l’indique dans mon article, avant de franchir le pas de la reconversion professionnelle ou d’un changement d’entreprise, il faut mener une profonde réflexion et surtout faire un point sur les avantages actuels. Pour reprendre ton exemple, Julien a trouvé un bon échappatoire. En effet si on ne se réalise pas dans son travail, s’investir dans une passion, une activité extraprofessionnelle (association…) permet d’atteindre le haut de la pyramide de Maslow (besoin de s’accomplir). Je vous remercie pour ce message, c’est avec plaisir que je prendrai le temps d’échanger à nouveau avec vous. Pour rebondir sur le côté philo/psycho peut-être que nous devons apprendre le contentement….. Jean-baptiste.

      Répondre
  • 7 février 2019 à 7 h 19 min
    Permalink

    Merci pour ces précisions. C’est clair et le fait de sentir bien au travail est primordial, car ensuite cela se propage dans la vie société familiale.

    Répondre
    • 8 février 2019 à 9 h 34 min
      Permalink

      Bonjour Adeline,
      effectivement cela se propage et c’est parfois un vrai effort de changer de casquettes afin d’être disponible pour les gens qu’on aime.
      Merci pour votre message. Je vous souhaite un bon week-end. Jean-baptiste

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *